Data Layer (ou datalayer)

Par data layer, ou datalayer, on entend, en français « couche de données ». Il s’agit d’un élément technique indispensable à la collecte des multiples données utiles au web analytics.

La mise en place d’un data layer permet donc, in fine, une meilleure connaissance des interactions de l’utilisateur avec le site web. Ce qui permet, à terme, de prévoir des campagnes d’optimisation, d’améliorer l’expérience utilisateur et d’augmenter le taux de conversion.

Définition d’un data layer

Un data layer est un objet JavaScript qui contient de nombreuses informations, des données formées par paire, à savoir un nom et sa variable. Il est le plus souvent implémenté par le développeur informatique et ce, dans le code html, souvent après la balise <body> et avant le code du gestionnaire de balises (TMS pour Tag Management System), par exemple Google Tag Manager (GTM).

En effet, le data layer transmet à ce dernier toutes les données que l’on souhaite collecter sur chaque page du site web. Il fait le pont entre le site internet et le TMS.

A quoi sert-il ?

Le data layer est un des piliers fondamentaux du déploiement d’un plan de taggage via un gestionnaire de balises tel que Google Tag Manager. Grâce à lui, toutes les interactions de l’internaute que l’on souhaite connaître sont remontées, organisées et centralisées dans GTM.

Ces données pourront ensuite être étudiées et croisées avec toutes les autres métriques disponibles sur une solution de web analytics telle que Google Analytics. Qui plus est, grâce au data layer, le gestionnaire de balises alimente de ces données tous les autres outils d’analyse qui lui sont connectés.

Autre avantage du data layer : il n’y a aucune contrainte quant au volume de données collectées. La seule limite est, et doit être, celle qu’impose la capacité à les exploiter.

Pour résumé, le data layer est une structure en arrière-plan dans laquelle sont puisées de multiples informations relatives aux interactions de l’internaute avec une page web, une application… Il participe ainsi à ce que l’on appelle le Marketing Data Driven, soit une forme de marketing qui s’appuie sur la connaissance et l’exploitation des données utilisateur.

Exemples

Quelques exemples :

  • Attributs de user : tracker par exemple un utilisateur loggué et comparer avec les utilisateurs non-loggués
  • Attributs de de page : type de page – très utile pour avoir plus de granularité pour une analyse de parcours (ex : Catégorie, Produits, Panier, Connexion, Livraison, etc)
  • Attributs de user : le data layer récolte les produits déjà consultés par un utilisateur pour calculer quels produits devraient être recommandés lors de la navigation en temps réel
  • Attributs de produit : clics sur produits dans une page catalogue : pour mieux organiser le listing en fonction de la popularité des produits